Le crowdfunding, la nouvelle ère du donateur

4 décembre 2013

Le crowdfunding, la nouvelle ère du donateur branché

Le financement participatif consiste à créer une campagne de financement pour un projet spécifique dans lequel chaque personne investit un montant de son choix. En échange de cette contribution, le participant reçoit un ou des avantages, selon la valeur de son investissement.

Ce mouvement est né au début des années 2000 aux États-Unis avec la plateforme Kickstarter. À l’origine, on y trouvait surtout des projets culturels et d’entreprises. Dès 2003, les organismes à but non lucratif ont commencé à y faire leur entrée pour financer certains de leurs projets, selon des objectifs précis. D’autres plateformes ont vu le jour, mais le mode opératoire est similaire. L’inscription est gratuite. La plateforme fournit un formulaire à remplir par l’organisation pour présenter le projet à financer. Selon l’objectif financier, l’opérateur de la plateforme prendra un pourcentage sur les gains accumulés.

Une des plateformes les plus connues et utilisées dans le milieu culturel est sans contredit Indiegogo, originaire de la Californie. Au Québec, plusieurs organismes très variés utilisent les services de Haricot, La Plèbe et Fundo.

Avant de vous lancer dans cette aventure, il faut s’assurer d’avoir un projet qui se démarque par l’originalité et la créativité. Le participant n’est pas un donateur, mais plutôt un actionnaire. Grâce à sa contribution, il est partie prenante du projet. Le rapport au groupe est très important ici. Surtout, vous devez avoir un objectif financier facilement atteignable, et ce, dans une courte période.

Ce phénomène à la popularité croissante est là pour durer. Pour atteindre vos objectifs financiers, il est primordial d’avoir une présence active sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn) et une bonne base de données d’actionnaires potentiels à contacter par courriel. Sans ces outils et actions, vous n’obtiendrez pas le succès escompté. Il vous faudra répéter votre sollicitation au moins une fois par semaine et diffuser, diffuser, diffuser…

Vos actionnaires sociaux se situeront dans des catégories d’âge plutôt jeunes. Ce sont les grands donateurs de demain!

Laisser un commentaire

*