Les Québécois…moins généreux

20 août 2013

Les Québécois… moins généreux?

 

Selon un rapport d’Imagine Canada, le Québec serait la province la moins généreuse au Canada en termes de dons aux organismes de charité, et ce, depuis plusieurs années.  

En 2010, les contribuables du Manitoba étaient les plus susceptibles de déclarer des dons de bienfaisance (26,3 %). […] Les autres provinces qui ont des taux de dons supérieurs à la moyenne sont la Saskatchewan, l’Île-du-Prince-Édouard, l’Ontario et l’Alberta. Sur le plan du don moyen, les résidents de l’Alberta étaient les plus généreux en 2010 (2 251 $), tandis que ce sont les contribuables du Québec qui ont déclaré le montant moyen le moins élevé (620 $)[1].

Voilà des statistiques peu flatteuses qui suscitent tout de même quelques réflexions. Est-ce que ces données tiennent compte du fait que le Québec est la province la plus taxée au Canada? Si on veut encore se comparer à l’Ontario, peut-on ne pas oublier que nous n’avons pas la même richesse que cette province qui compte le plus grand nombre de sièges sociaux de grandes entreprises au Canada? Et est-ce qu’on sait que plusieurs donateurs québécois ne demandent jamais de reçus aux fins d’impôt, parce qu’ils méconnaissent leurs avantages fiscaux?

On se doute que ce type d’étude ne recense pas tous nos petits gestes généreux. Le 2 $ que l’on donne à un itinérant, au coin de la rue. Le paiement à la caisse de l’épicerie dont 1 $ ira à une cause caritative. Le 2 $ déposé dans la tirelire transparente d’un musée ou d’un centre d’interprétation, en guise de contribution à leurs activités. Le 5 $ qu’on offre à un enfant pour soutenir sa participation à un tournoi sportif ou un projet scientifique.

Faites l’exercice d’additionner toutes les petites sommes que vous déboursez régulièrement, à gauche et à droite, vous serez probablement surpris du total annuel de vos dons spontanés. Et si vous décidiez d’offrir ce montant ou une part de ces dons à des organisations reconnues par le gouvernement, en échange de reçus qui vous permettraient d’obtenir un crédit d’impôt?

Une autre façon d’aider les OBNL à obtenir plus de dons est de proposer aux différents contributeurs de le faire en plusieurs versements, même de petits montants. C’est une manière de les inciter à donner et, comme dans les autres provinces canadiennes, à installer la tradition du reçu de charité.

À nous, gestionnaires d’organisations à but non lucratif, de mieux faire connaître les avantages fiscaux des dons, sur l’ensemble de nos outils promotionnels diffusés (exemple, par des tableaux comparatifs). Et offrons automatiquement des reçus aux donateurs, même si leur contribution semble minime.



[1] Extrait du Bulletin de recherche – Tendances des dons individuels : 1984 – 2010, décembre 2011 (Vol. 15 •No 1)

Imagine Canada est un organisme de bienfaisance qui assiste et appuie l’ensemble des organismes de bienfaisance et sans but lucratif.

Une réponse

  1. […] terminant, je vous invite à lire ou relire notre blogue du 20 août 2013, « Les Québécois…moins généreux », où il est notamment question de l’importance d’instaurer la tradition du reçu de charité […]

Laisser un commentaire