Une sollicitation qui ne peut nous laisser de glace

14 octobre 2014

Une sollicitation qui ne peut nous laisser de glace

 

Qui n’a pas entendu parler du Ice Bucket Challenge, cette campagne de financement démarrée par un citoyen atteint de la maladie de Lou Gehrig, au profit de l’organisation vouée à la recherche sur cette maladie. Il y a eu plusieurs textes, commentaires et réflexions sur ce succès philanthropique de l’été 2014. Certains étaient positifs, d’autres négatifs. Chose certaine, ce qui a plu dans cette sollicitation, c’est le fait de contribuer à une bonne action par un geste simple, de relever le défi et de faire participer nos amis. Nous sommes à l’ère du selfie, de la vidéo, de la photo instantanée, de la communication ultra rapide. Ce sont tous ces éléments qui ont plu aux donateurs. Simple, rapide, peu onéreux et rassembleur.

Quel sera l’impact réel de ce type de sollicitation? Ce genre de succès peut-il être récurrent? Que devront proposer les organisations pour attirer les donateurs? Ce genre de défi peut-il s’adapter facilement aux diverses causes des milieux communautaire, culturel et autres?

Chose sûre, la philanthropie évolue rapidement et plusieurs organismes affichent des lacunes importantes dans la promotion de leurs campagnes de sollicitation. Certaines organisations sont absentes des réseaux sociaux, elles n’ont pas de slogan personnalisé ni de site web convivial où l’on peut rapidement cliquer sur un lien en page d’accueil pour faire une contribution par carte de crédit. Elles ont encore moins d’application personnalisée pour les diverses plateformes et téléphones intelligents. Bref, plusieurs gestionnaires de ces organisations devront faire une refonte complète de leurs stratégies d’intervention philanthropique.

Que l’on ait apprécié ou non le Ice Bucket Challenge, cette initiative a permis d’atteindre plusieurs donateurs de multiples provenances et de toutes les générations. Le défi actuel de la cause Lou Gehrig est de transformer ce happening festif en une réelle fidélisation des donateurs, pour plusieurs années. Comme l’ont réussi le Défi Têtes rasées, le Relais pour la vie et le Movember.

Laisser un commentaire

*